Actualités

31.10.17 Vulcania ou la pierre en majesté !

Vulcania ou la pierre en majesté !

Dans ce parc européen du volcanisme, tout est mis en œuvre pour célébrer la pierre volcanique de l’environnement du site. Dès la construction de Vulcania, la roche volcanique s’est imposée comme une évidence pour intégrer au mieux cette construction au paysage de la chaîne des Puys. Et aujourd’hui, les visiteurs ne peuvent ignorer la présence permanente de cette pierre autour d’eux. Voyage au cœur des volcans avec Gilles Largeron, directeur technique de Vulcania depuis 2000…

Quand on dit que Vulcania est au cœur des volcans, ce n’est pas une façon de parler, n’est-ce pas ?!

Gilles Largeron : En effet, Vulcania devait parfaitement s’intégrer dans le paysage et on est vraiment aujourd’hui au milieu des volcans. Pour que cette intégration soit réussie, l’architecte Hans Hollein a décidé d’enterrer Vulcania quasiment aux trois quarts. Et pour enterrer un bâtiment comme celui-ci, il a fallu terrasser, excaver et donc on a retiré plus de 250 000 m3 de roches et de coulées de lave des volcans environnants qui s’étaient superposés pendant des millénaires. Cette roche extraite a été stockée sur le site pour les aménagements paysagers et constructifs de Vulcania.

Et à quoi a-t-elle servi cette roche volcanique ?

Gilles Largeron : A l’intérieur même de Vulcania d’abord, elle sert de fil d’Ariane. On a ce qu’on appelle un mur cyclopéen qui guide les visiteurs depuis l’entrée jusqu’au cœur de Vulcania. Ce sont d’énormes blocs basaltiques. Ils ont été récupérés du terrassement puis assemblés comme un mécano. Ce mur accompagne les visiteurs et les met dans l’ambiance de la roche volcanique.

A l’extérieur, on a aussi fait ce qu’on appelle des murs en gabions avec la roche volcanique extraite du site. Et puis également, on a utilisé, dans les coulées de lave, la pouzzolane. C’est une pierre très légère de tailles diverses. Elle a servi pour faire du sable, dans les tranchées par exemple pour enrober les tuyauteries. Elle sert également dans tout ce qui est filtration.

La pierre dans tous ses états !

De la pierre volcanique du sol au plafond !

Pendant la construction du site, avez-vous eu besoin d’une station de concassage ?

Gilles Largeron : Une station a en effet été installée sur le site pendant le chantier. Les roches ont alors pu être concassées à diverses granulométries. Nous avions besoin de tailles différentes en fonction des utilisations. La station de concassage a par exemple été utilisée pour les voiries de Vulcania.

Quand on parle de la pierre volcanique, on ne peut pas oublier l’emblème de Vulcania ?

Gilles Largeron : C’est bien sûr le cône de Vulcania, la partie émergée du site que l’on peut voir de très loin. Il a été habillé sur la face extérieure avec la pierre volcanique extraite cette fois à quelques kilomètres sur la commune de Mazaye dans la carrière de Chambois. Pour habiller tout le cône, c’est à peu près 1 500 m² de plaques de pierre de Chambois qui ont été posées en utilisant la technique de la pierre agrafée.

Le cône de Vulcania, une oeuvre visible très loin aux alentours

Même le béton utilisé pour construire Vulcania trouve son origine dans les volcans d’Auvergne ?

Gilles Largeron : On a effectivement des façades visibles qui ont été faites en béton architectonique, c’est à dire que ce sont des façades composées d’éléments de décoration et de ce béton. Et les agrégats de ce béton, c’est …de la roche volcanique ! C’est ce qui donne cette espèce de couleur grise avec des petites nuances de rouge absolument fantastique. Encore une fois, ce sont des éléments qui s’intègrent parfaitement à l’environnement volcanique. Quand on est à l’intérieur, ce que l’on voit très bien aussi, ce sont les sols de Vulcania qui sont eux aussi réalisés en pierres volcaniques, environ 2 000 m² de pierre de Chambois.

« La faire découvrir aux visiteurs par le prisme de l’art »

La nouvelle enseigne monumentale de Vulcania en pierre de lave

Aujourd’hui, comment continuez-vous à mettre cette pierre volcanique en valeur ?

Gilles Largeron : Comme nous vivons au milieu des volcans, la pierre est toujours présente. On essaie de la faire découvrir aux visiteurs. Ces dernières années, on l’a fait par le prisme de l’art notamment par des expositions de sculptures en pierre. On a la chance par exemple d’avoir pas très loin de Vulcania un sculpteur, Thierry Courtadon qui vit avec la pierre, travaille avec la pierre, dort avec la pierre ! Il fait des sculptures en pierre de Volvic qui sont justes magiques. Il avait fait une exposition à Paris au Palais Royal pour soutenir la candidature à l’Unesco de la chaîne des Puys dont Vulcania fait partie et on a eu la chance de récupérer cette exposition qui s’appelait « Une pierre dans mon jardin ». Ce sont des oeuvres qui mettent la pierre en valeur. Ces sculptures sont de la dentelle !

Enfin, plus récemment, vous avez changé l’enseigne de Vulcania…

Gilles Largeron : Oui, on a supprimé l’ancienne enseigne du parc qui était un peu défraîchie et on l’a remplacée par une véritable œuvre d’art : des lettres en pierre très épurées qui font plus de 2 mètres de hauteur. Dès l’entrée du site, cela donne le ton aux visiteurs : la pierre est à l’honneur !

Vulcania ou la pierre en majesté !
Découvrez d'autres actualités !
Bâtiments, routes, villes : la pierre sera toujours au cœur de nos vies en 2100… foi de futurologue!
Stade de Gerland : des pierres et le LOU
Du Panthéon romain aux volcans d’Auvergne : grande histoire et petits usages de la pouzzolane
Que vient faire pierre dans un sauna ?

sommaire actualités