Qui a inventé la route ?

Qui a inventé la route ?

Au commencement

Les premières voies de communication terrestres furent de simples sentiers, péniblement tracés à travers les immenses forêts qui couvraient le sol.
Pendant longtemps, les transports des biens et des personnes furent principalement  fluviaux ou maritimes. Ce qui, au fur à mesure que le commerce et les migrations se sont développés, est assez vite devenu contraignant.

Merci les Romains

S'il est fait mention dans certains écrits, de routes construites par les égyptiens, les grecs ou les perses, c'est aux romains que l'ont doit le véritable essor du réseau routier. C'est d'ailleurs à eux que nous devons le mot « route » : la construction d'une voie (via) supposait la « rupture » des obstacles qui se présentaient, d'où le nom via rupta ou, par abréviation, rupta. (De quoi briller lors de votre prochain dîner en société.)

Ce sont eux aussi qui ont largement développé les principes encore utilisés aujourd'hui : 

– s'adapter du mieux possible aux conditions locales ;
– mettre les routes à l'abri des infiltrations en alternant les couches de matériaux différents, en construisant une infrastructure compacte, en bombant les surfaces pour faciliter l'écoulement des eaux vers de petits fossés parallèles à la voie

A cette époque, on distingue trois sortes de routes : les viae terrenae, qui n'étaient que des pistes de terre battue et nivelée, les viae glarea stratae, dont la chaussée était recouverte de graviers pilés, et les viae silice stratae, pavées de dalles de pierre.
Plus tard, on parlera de départementales, de nationales, d'autoroutes...

Après la chute de l'empire Romain, certaines techniques sont oubliées, et le pouvoir central investi moins dans les réseaux : beaucoup de routes sont laissées à l'abandon, et se dégradent faute d'entretien. IL faudra attendre, en France, de nombreux siècles avant qu ele réseau routier soit de nouveau performant.


Le « réveil » de la construction routière

Après de long siècles de nids de poules, c'est sous Louis XIV et grâce à Colbert, que le réseau routier Français connut sa première grande transformation, avec la création d'une administration autonome – qui devait devenir les Ponts et Chaussées. De nouvelle technique sont mises au point, et à partir de 1815, on construit désormais les routes avec un mélange de pierre concassées, de sable et d'eau. En somme, l'ancêtre de notre béton actuel ! Ces nouvelles routes ont une durée de vie bien supérieure et permettent aux véhicules de rouler beaucoup plus rapidement.
Avec la révolution industrielle, le trafic commercial prend des proportions considérables. Les chemins sont élargis, les courbes rectifiées, les déclivités diminuées.
Deux inventions vont permette d'améliorer encore les procédés de construction : celle du concasseur, en 1858, par Eli Whitney Blake aux États-Unis, et celle du cylindre compresseur à vapeur, en 1859, par le Français Louis Lempine.

À la fin du XIXe s., la France et le Royaume-Uni possédaient les meilleurs et les plus longs réseaux routiers du monde. La France comptait alors 37 000 km de routes nationales. 

Quand les routes sont devenues noires


À partir de 1900, la route connaîtra une nouvelle ère de prospérité, dans laquelle ont joué un rôle important le moteur à explosion, les techniques de revêtement à base de « produits noirs » (goudrons de houille ou bitume) puis en béton de ciment, l'invention du pneumatique et la construction des automobiles en grandes séries.
C'est à cette époque que naissent les autoroutes : de véritables chef d'oeuvre techniques, qui synthétisent toutes les techniques patiemment développées depuis 2000 ans, et qui vont rapidement sillonner toute l'europe, permettant aux hommes et aux marchandises de rallier les plus grandes villes dans des conditions de confort et de sécurité optimales.

Et après ? 

Mais demain, d'autres mutations attendent encore la route : les matériaux utilisés évoluent, afin de mieux gérer leur résistance aux intempéries, leur intégration dans l'environnement, leur adhérence ou encore leur durée de vie. 

Demain, les routes seront peut-être en panneaux solaire, afin de permettre de recharger nos véhicules électriques. 

Elles seront peut être équipées de marquages au sol luminescents, ou d'éclairages qui ne s'allument que lorsqu'une voiture passe.

Mais quoi qu'il arrive, la pierre sera toujours là, fidèle au poste !  

Qui a inventé la route ?
Découvrez d'autres articles !
[Vidéos] Les métiers de la pierre se féminisent !
« Si la France est la 1ère destination touristique mondiale, c’est grâce à sa richesse géologique »
Taille, géologie, engins… Apprentis et formateurs des métiers de la pierre témoignent !
Indications géographiques : aussi pour les pierres de construction !

sommaire Tout comprendre