La Loire à Vélo : l’aménagement local dédié à la petite reine

La Loire à Vélo : l’aménagement local dédié à la petite reine

Il fait plus de 20 millions d’adeptes, dont 5 millions au quotidien, son marché connait une croissance de 7 % en moyenne par an et il a même détrôné la voiture en 2021 : le vélo a décidément la cote auprès des Français ! Pandémie, aides à l'achat, boom des modèles électriques lui ont nécessairement permis de passer à la vitesse supérieure. Tout comme le développement des pistes cyclables. Sur les bords de Loire par exemple, près de 900 kilomètres sont dédiés à la petite reine. « La Loire à Vélo » est certainement l'une des plus belles véloroutes du pays, à travers un patrimoine culturel et naturel unique en France. Sous nos 2 roues s’y cachent bon nombre de matériaux locaux, façonnés grâce au savoir-faire d'acteurs engagés. Partons à leur rencontre : en selle !

 

900 km de revêtement 100% cyclable

Ils étaient 759 000 en 2015. Ils sont désormais plus d’1,8 million depuis 2022. En effet, les amateurs de 2 roues sont de plus en plus nombreux à emprunter les pistes de La Loire à Vélo selon une enquête conjointe entre le Centre-Val de Loire et les Pays de la Loire, les deux régions au cœur du projet.

Et pour cause ! La Loire à Vélo, ce sont 900 km d’itinéraires balisés traversant six départements, dont 620 km en ligne droite et 280 km de boucles et de variantes, 280 km inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO et une longue liste d’infrastructures adaptées pour faciliter organisation et déplacements. Cerise sur le guidon : le trajet est plat ou, comme le précisent les amateurs « le vent est le seul relief de l’itinéraire ! » Il faut compter 10 à 15 jours pour effectuer le trajet complet. Pour celles et ceux qui craindraient le coup de pompe : il est tout à fait possible de ne choisir qu’une boucle ou une portion de parcours, de commencer à Nevers ou à Saint-Nazaire, en solo, en duo, entre amis ou en famille ! Des bornes de recharge pour les vélos électriques sont aussi implantées le long de l’itinéraire ou accessibles chez les différents prestataires.

Pour les amoureux du cyclotourisme, l’itinéraire se poursuit bien au-delà ! Dans le sens Saint-Nazaire-Nevers, La Loire à Vélo ouvre vers l’EuroVelo 6, une véloroute traversant l’Europe jusqu’à la Mer Noire. Le parcours rejoint aussi la Scandibérique, de Trondheim en Norvège jusqu’à Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne, ou encore la Véloscénie, de Paris jusqu’au Mont-Saint-Michel.

 

Sortez la tête du guidon et ouvrez l’œil !

Quel que soit le parcours choisi, patrimoine architectural et façonnage de la pierre en tout genre seront évidemment du voyage ! Si vous partez de Nevers par exemple, en suivant le fleuve jusqu’aux terres des rois de France, vous remonterez vers l’Orléans de Jeanne d’Arc pour vous lancer dans les boucles des célèbres châteaux de la Loire. Elles vous mèneront jusqu’au fameux escalier à double révolution de Chambord, non loin du Château du Clos-Lucé de Léonard de Vinci, puis vous prolongerez jusqu’aux arches du Château de Chenonceau et jardins du Château de Villandry. Blois, Tours, Chinon et Saumur font office de villes d’étape, entre maisons à colombages et places pavées. Il ne s’agit là que de la moitié du parcours ! En chemin vers Angers, vous découvrirez encore les côteaux de la Loire et leurs villages troglodytiques dans le parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine, avant de rouler vers l’océan en pédalant jusqu’à Nantes et ses panoramas sauvages, pour atteindre enfin l’estuaire de la Loire… et rejoindre les plages de l’Atlantique à Saint-Nazaire.

 

Acteurs et matériaux de construction à quelques coups de pédales

Le projet de la Loire à Vélo a vu le jour en 1994, lorsqu’un premier protocole interrégional nommé Vélo Loire est signé entre les régions Centre-Val de Loire et Pays de la Loire. Leur objectif : tirer parti de la notoriété internationale du Val de Loire, doté d’axes naturels exploitables et d’une culture déjà omniprésente de randonnées et de cyclotourisme. En 1995, une étude de faisabilité précède le début du chantier lancé en 1998 et la première ouverture de section en 2001. L’itinéraire complet ouvre officiellement en 2012.

La Loire à Vélo reste un joli défi pour les régions et les métiers impliqués. En effet, chaque axe du trajet a nécessité une solution sur-mesure pour s’intégrer à l’environnement naturel protégé et pour offrir les meilleures conditions de circulation possibles aux cyclistes. Le choix du revêtement des pistes cyclables et son entretien par les acteurs locaux sont primordiaux pour garantir confort et sécurité aux usagers. « En tant que maître d’ouvrage, le Conseil Départemental intervient constamment pour améliorer la sécurité sur les emprises des routes départementales » explique Fabrice Chateau, chargé d’aménagement des itinéraires cyclables à l’agence départementale du tourisme de l'Anjou. « Nous avons également la charge d’aménager des sections en voie verte, entretenir les infrastructures et le jalonnement des itinéraires. L’objectif est de poursuivre la sécurisation pour être en adéquation avec les attentes des cyclotouristes. »

Ainsi, voies vertes partagées entre piétons et véhicules non motorisés côtoient pistes cyclables séparées et voies partagées avec les voitures. Le département de l’Anjou a notamment réalisé l’aménagement d’une voie verte le long de la D763 avec une passerelle au niveau de la commune de Liré. Des travaux de rénovation ont également eu lieu sur certaines portions du chemin de halage de la Mayenne en sable stabilisé. « Les carrières et fournisseurs des principales entreprises de travaux publics du département sont situées à proximité » précise Fabrice Château, « en Maine-et-Loire ou en bordure, comme la carrière de Pont-Chauveau à Mozé-sous-Louet, celle de Pierre-Bise au sud d’Angers, les carrières de Nyoiseau Granulats près de Segré ou de Cléré à Cléré-sur-Layon. Sur les derniers marchés, il s’agit majoritairement d’un approvisionnement à moins de 50 km du chantier, ce qui permet d’alléger les coûts de transport dans le bilan des matériaux. Ceci explique aussi parfois la couleur différente des revêtements en sable stabilisé gris ou beige sur notre territoire ! »

 

Tour de France sur véloroutes : objectif 2030 !

Deuxième destination mondiale du tourisme à vélo derrière l’Allemagne, la France ambitionne d’atteindre la première place d’ici 2030 ! L’objectif figure même au cœur du plan « Destination France » présenté par le gouvernement en 2021. 40 millions d’euros sont notamment dédiés à l’achèvement de 26 115 km de véloroutes et à la labellisation de 20 000 prestataires « Accueil Vélo ». Un aménagement nécessaire, puisque si 20% des cyclotouristes sont étrangers, comme sur La Loire à Vélo, les autres sont français ! Nous sommes près de 22 millions à faire du vélo pendant nos vacances.

Le succès des véloroutes françaises dépend évidemment des infrastructures présentes sur le trajet, comme celles de la Loire à Vélo, sans cesse améliorées depuis les débuts du projet : dessertes ferroviaires, transports en commun adaptés au vélo, hébergements, restauration, stationnements, loueurs de matériel… Jusqu’aux services de transfert de bagages, acheminant les sacs d’un hébergement à un autre pour pédaler le vélo et l’esprit légers. Des aménagements qui assurent des retombées économiques conséquentes pour les régions engagées. En 2022, La Loire à Vélo aurait rapporté 54,5 millions d'euros.

 

Et vous, avez-vous déjà eu l’occasion de fouler ces routes si spécifiques à l’aide de votre 2 roues ? Partagez-nous vos plus belles photos à l’aide du @lavieenpierre !

 

La Loire à Vélo : l’aménagement local dédié à la petite reine
Découvrez d'autres articles !
Déconstruction de la Muraille de Chine à Clermont-Ferrand (63) : donner une seconde vie au béton
La pierre au service de la qualité de vie en Pays de la Loire
[Vidéos] Nos experts vous racontent leurs carrières… dans les carrières !
Grâce à la pierre et le béton, les poissons du Grand Est nagent dans le bonheur

sommaire Tout comprendre