Actualités

16.11.18 Ecopôle du Val d’Allier, ou l’exemple même de la renaturalisation d’une carrière

Ecopôle du Val d’Allier, ou l’exemple même de la renaturalisation d’une carrière

La filière pierre débute, en toute logique, par la phase d’extraction. Or, qui dit extraction dit carrière ! Et ce qu’il faut savoir, c’est que le plan de remise en état du site est prévu avant même que la carrière soit autorisée par les pouvoirs publics. Et vous seriez surpris de voir à quel point ces remises en état ont modelé notre paysage et offrent des espaces naturels et aménagés dont nous profitons régulièrement sans même savoir qu’un minerai y a été extrait ! Illustration avec la carrière située à cheval sur les communes de Pérignat-sur-Allier et La Roche Noire, dansle Puy-de-Dôme. Une fois la période d’exploitation de 15 ans écoulée, le site se retrouve sublimé ! Un cas d’école…     

 

« La capacité de résilience de la nature »…

Jean-Pierre Buche, maire de Pérignat-sur-Allier et président du SEAT (Syndicat d’Etudes et d’Aménagement Touristique), s’en émerveille ! La carrière exploitée sur sa commune est retournée à l’état sauvage, après 15 ans d’exploitation. Et, grâce à l’action concertée de plusieurs acteurs, la société d’exploitation, la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) et la communauté de communes, l’écosystème du site est même beaucoup plus diversifié qu’en 2001 ! Un miracle ? Non ! Un bel accomplissement, couronnement d’un travail collaboratif de longue haleine. « Une collaboration exemplaire », de l’avis de messieurs Langlade et Buche. Flashback sur un projet inspirant ! Lui-même inspiré de l’écopôle du Forez à Feurs.

L'écopôle du Val d'Allier
© http://puy-de-dome63.over-blog.com/2016/01/l-ecopole-du-val-d-allier.html
 

120 hectares à réaménager : prévoir l’après !

Tout commence en 2001 dans la plaine alluviale de l’Allier. Le site était à l’origine des terres agricoles et Autorisation a été donnée d’exploiter une carrière pendant 15 ans. Depuis la loi n° 93-3 du 4 janvier 1993 relative aux carrières, ces exploitations relèvent de la législation des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), régie par le code de l’environnement. La loi impose aujourd’hui de prévoir la réhabilitation du site, après exploitation : les carriers doivent réaménager les lieux à usage agricole ou forestier, les transformer en réserve écologique ou en base de loisirs : « le service après-vente » des carriers ! La loi exige également des garanties financières. séquestrée chez le notaire pour financer les travaux prévus, en cas de défaut de l’entreprise Ces garanties sont à renouveler tous les 5 ans. Pour Jean-Pierre Buche, la revalorisation des sites « s’intègre intrinsèquement à l’activité des carriers » : l’exploitation doit se faire, in fine, « au bénéfice du site. »

 

Vers un écopôle* au bénéfice de tous

Dans le cas qui nous intéresse, l’entreprise exploitante s’est rapprochée de la LPO, la zone d’exploitation étant sur le couloir de migration des oiseaux. Au fur et à mesure de l’avancée des travaux, la revalorisation a pris forme : d’abord, création de hauts fonds – variation de profondeur de plan d’eau qui correspondent aux besoins de différentes espèces animales et végétales -  pour favoriser leur nidification et celle des poissons. Puis, « les carriers ont vraiment joué le jeu et sont allés au-delà de leurs engagements initiaux » et collaboré avec le SEAT, comme le maire de Pérignat-sur-Allier, pour la création d’observatoires, de plantations, de sentiers… Le public peut désormais se promener, voire pêcher, dans cet écopôle du Val d’Allier. Le projet a pris de l’ampleur avec la création d’une activité de maraîchage, et la construction d’une maison de site, en paille, chanvre, terre et bois qui illustre la volonté politique de protéger l’environnement… Seul vestige de la carrière : « On a laissé une partie du criblage pour témoigner de ce passé. »

L'écopôle du Val d'Allier
©
http://puy-de-dome63.over-blog.com/2016/01/l-ecopole-du-val-d-allier.html

 

Carriers et environnement font bon ménage !

Auriez-vous un jour imaginé vous promener sur le site d’une ancienne carrière ? Avec l’écopôle du Val d’Allier, c’est chose possible mais sans même le savoir ! Un endroit spectaculaire au printemps avec son camaïeu de pièces d’eau… Oies, canards, cols verts s’ébattent sous vos yeux. L’antagonisme entre exploitation de la pierre et sauvegarde de la nature semble bel et bien dépassé, comme en témoigne cet exemple de renaturalisation ! Ou quand les carriers s’engagent pour l’environnement… Cette collaboration étroite entre la LPO et les carriers a même initié un partenariat au long cours, « enrichissant pour toutes les parties en présence », dit M. Langlade. Ces anciens adversaires vont « travailler ensemble sur d’autres sites. »
 

*Ecopôle = lieu qui a eu un passé industriel.

 

 

Ecopôle du Val d’Allier, ou l’exemple même de la renaturalisation d’une carrière
Découvrez d'autres actualités !
Le Palais Idéal du Facteur Cheval (26) : une folle histoire peut commencer grâce à une simple pierre
Les hippodromes : la pierre pour booster les performances des chevaux de course
Un nouveau label qui garantit que la pierre, c’est SOOOOO local !
Profession : tailleur de pierre 2.0

sommaire actualités