Actualités

21.07.20 Le train du Montenvers, chemin de fer mythique taillé dans la roche

Le train du Montenvers, chemin de fer mythique taillé dans la roche

Plus d'un siècle après sa construction en Haute-Savoie, le chemin de fer du Montenvers continue d'acheminer les curieux vers les hauteurs alpines. Ce projet très ambitieux pour l'époque a donné naissance à des ouvrages en pierre naturelle impressionnants, fabriqués dans le pur respect du savoir-faire local. Aujourd'hui, il ne reste plus que deux trains à crémaillère en France, alors embarquez sans plus attendre dans cette folle aventure ferroviaire !

Objectif : atteindre la Mer de Glace !

Le train à crémaillère du Montenvers est un chemin de fer de 5,1 km qui relie Chamonix-Mont-Blanc au Montenvers, superbe point de vue sur le plus grand glacier de France : la Mer de Glace.

Ce chemin de fer, construit à flanc de montagne, traverse forêts de sapins, tunnels et viaducs pour acheminer les touristes à 1 913 mètres d'altitude, et cela depuis 1909. À l'époque, il s'agissait d'une infrastructure révolutionnaire qui a propulsé la petite vallée de Chamonix dans la modernité. Aujourd'hui, le train du Montenvers continue d'attirer les foules : avec près d'un million d'usagers par an, c'est l'attraction touristique la plus fréquentée de la région Rhône-Alpes !

Chamonix, train Montenvers.

Du mulet à l'électricité : petite histoire du train du Montenvers

À la fin du XIXe siècle, Chamonix est le point de départ incontournable pour visiter la Mer de Glace. Le trajet est cependant loin d'être une promenade de santé : les plus démunis escaladent la montagne à pied, les autres prennent l'option mulet ou chaise à porteurs.

En 1877, l'historien géographe et grand amateur d'alpinisme Charles Durier estime que le mulet, c'est bien mignon, mais ça n'avance pas très vite ! Pourquoi ne pas mécaniser la montée en dotant le Montenvers d'un chemin de fer à crémaillère ? En pleine industrialisation du pays, l'idée fait son chemin et intéresse un groupe d'investisseurs qui dépose une demande de concession en 1892 auprès du Conseil général de Haute-Savoie. Elle sera signée en 1897, entérinant la création d'un tracé de 5,4 km sur un dénivelé de 871 mètres, avec des trains à vapeur circulant à 6 km/h. Un véritable challenge technique pour l'époque !

Après plusieurs années de travaux, le train du Montenvers est inauguré le 29 mai 1909. Il rencontre un succès grandissant : l'électrification de la ligne en 1954 permet de passer de 50 000 usagers avant la guerre à 500 000 voyageurs, réduisant le temps de trajet de 55 minutes à 20 minutes.

Train du Montenvers

Quand le train du Montenvers cristallise la peur de la modernité

L'histoire de ce train à crémaillère est marquée par la défiance des Chamoniards vis-à-vis du projet. Craignant une baisse conséquente de leurs revenus avec la disparition des porteurs et des mulets, la ville se positionne clairement contre le projet. Pour contourner ce problème, les investisseurs ont l'idée de créer un tracé qui suit en partie la route départementale… plaçant ainsi le train du Montenvers sous la responsabilité du département, et non de Chamonix.
Cette petite astuce a finalement porté ses fruits, puisque la ville de Chamonix n'a cessé de se développer économiquement grâce à l'afflux de touristes grandissant. 

La pierre naturelle, clé de voûte du train du Montenvers

Si le train à crémaillère du Montenvers est toujours en service après plus d'un siècle, c'est parce que les ingénieurs de l'époque s'appuyaient sur le savoir-faire inestimable des ouvriers locaux. Les maçons du Piémont — une région italienne au pied des Alpes — bénéficiaient d'une solide réputation dans l'équarrissage du granit. Les contremaîtres venaient de Suisse, pays qui possédait déjà son propre train à crémaillère au Rigi. Les tailleurs de pierre locaux ont, quant à eux, érigé les murs en pierre de taille qui bordent le chemin de fer.

Tout cela, bien sûr, en utilisant des matériaux de construction prélevés sur place. Le granit est taillé pour monter les murs et piles de ponts, tandis que la pierre ordinaire est transformée en sable fin ou en ballast pour supporter le chemin de fer. Ce travail colossal de la pierre naturelle a donné naissance à plusieurs ouvrages d'art emblématiques du chemin de fer du Montenvers.

►Découvrez le rôle clé de la pierre dans les chemins de fer

Le tunnel du Grépon

Ce tunnel de 350 mètres tout en courbes et en rampe a été creusé à la main, à la lueur des vieilles lampes à carbure. Il a fallu plusieurs mois de travail pour endiguer le furieux torrent du Grépon à l'aide de blocs de granit et construire ce tunnel en pierre de taille, maçonné sur 93 % de sa longueur. Le tunnel du Grépon est un véritable ouvrage d'art !

Le viaduc de Montenvers

Ce fantastique pont de 152 mètres serpente au cœur de la montagne grâce à ses onze arches. Ces dernières sont constituées de pierres de taille posées sur les cintres du viaduc, se rejoignant sur la clé de voûte en un parfait arrondi. Le viaduc en Montenvers en lui-même a été construit béton et goudron, dont la pierre naturelle est un composant clé.

Comment un pont tient-il en l'air ? Grâce à la pierre !

Sans la pierre naturelle, élément essentiel d'une ligne de chemin de fer, nul doute que le Montenvers serait resté une destination touristique élitiste. Aujourd'hui, tout le monde peut apprécier ce cadeau de la nature, même si la Mer de Glace a beaucoup reculé depuis un siècle.

 

Le train du Montenvers, chemin de fer mythique taillé dans la roche
Découvrez d'autres actualités !
Entre pierre et eau : où se baigner en Auvergne ?
La Cité du Design de Saint-Etienne, la rencontre de l’art et de l’industrie
Pédestres, ferroviaires ou routiers… Voici les 5 tunnels à traverser en Auvergne-Rhône-Alpes !
Au cœur du puy de Lemptégy, l'ancienne carrière de pouzzolane ravit les volcanologues

sommaire actualités